Qui suis-je ?

Cher ami parieur,

Si tu es sur cette page, c’est que tu as surement du te dire « C’est qui ce mec ? » « Il se prend pour qui à vouloir donner des conseils à tout le web ?’, et j’en passe… Et pourtant, je te comprends. C’est justement pourquoi j’ai décidé d’écrire cette page, qui retrace mon histoire dans un monde que nous aimons tant, celui des paris sportifs.

Je suis à la base un acharné de sport, en particulier de football. Des matchs, j’en ai bouffé depuis ma naissance. Il faut dire qu’avec un grand-père ancien gardien de but en Division 1, un père entraîneur en National et 2 frères joueurs semi-pros, il m’était difficile de ne pas vivre pour le football. Entre tous les articles que je lisais, les matchs que je regardais, les France Football que je dévorais et les parties de « Championship Manager » à n’en plus finir…je connaissais tout ! Citer le 11 de départ de n’importe quel club européen était pour moi une simple formalité.

Cependant, à l’époque, je n’aspirais pas à faire ma carrière professionnelle dans le milieu sportif. Le bac en poche à 17 ans, je me suis dirigé vers des études de finance, tout en continuant bien entendu à suivre de très près ma passion pour le ballon rond.

PSG – OM 1998-1999, 15 minutes qui ont changé ma vie

4 mai 1999. Jour de mes 18 ans, jour de ma première carte bleue, jour de mon inscription sur William Hill, l’historique bookmaker anglais. Forcément, on devait en arriver là. Le soir-même se déroulait un bouillant PSG – OM au cours d’une saison où le club de la capitale peinait en milieu de tableau tandis que les Phocéens luttaient pour le titre avec Bordeaux. J’avais vu que le site proposait  de miser sur ce match. Je décide de parier 50 francs sur PSG gagnant. Florian Maurice ouvre le score et je vois mon argent s’envoler. Mais dans le dernier quart d’heure, la rencontre bascule, Bruno Rodriguez et Marco Simone font vibrer le Parc des Princes…et moi-même. Je venais de découvrir une nouvelle dimension au football. Que d’émotions, que d’adrénaline ! A l’issue du match, mon solde sur William Hill avait plus que doublé. J’avais donc remporté mon premier pari, et c’était loin d’être le dernier…

Le début de la fin

Pendant mes études, je continuais à parier par-ci par-là. Ça a duré plusieurs mois, avec des hauts, mais aussi des bas. Très bas, jusqu’à me mettre dans le rouge à la banque. Dure période. Cette situation a même influencé mes études puisqu’au lieu de poursuivre une formation classique, j’ai choisi de poursuivre en alternance afin de renflouer les caisses, ce qui ne m’empêchait pas de parier encore et encore, mais de façon plus raisonnée.

A l’issue de mes études, j’obtenais mon premier vrai emploi dans un cabinet de consulting, avec mes premiers vrais salaires. Un cadeau empoisonné j’ai envie de dire. Car dès mon premier chèque, je faisais un gros dépôt chez un nouveau bookmaker : Betfair. Mon arrivée chez celui-ci fut tonitruante. Un bénéfice de plus de 3 000 € en 1 mois. Un cadeau encore plus empoisonné. Les mois suivants furent les plus durs : j’allais de pertes en pertes, jusqu’à atteindre une nouvelle situation critique financièrement. C’était trop. J’ai tout stoppé, j’ai retiré chaque euro que j’avais sur chaque bookmaker et j’ai fait table rase.

Prise de conscience et un challenge pour changer de vie

Je me suis posé sur mon bureau, un fichier Excel devant moi. Et je me suis dis « Je connais mieux le football que 99% de la population, je suis plutôt bon en finance, il n’y a pas de raison que je perde aux paris sportifs ! Après tout, les paris sportifs, c’est un peu la bourse du sport (dans l’esprit). ». Cette pensée de 30 secondes fut certainement la plus importante de ma vie.

J’ai donc élaboré une stratégie financière que je devais suivre à la lettre et que j’ai mise à l’épreuve au 1er janvier 2003. Les résultats furent excellents. Tout en gardant mon travail à côté, j’avais réussi à terminer positif les 6 mois suivant le début de ma stratégie qui s’avérait particulièrement efficace. En jouant, je gagnais chaque mois environ la moitié du salaire de mon job. Et ça a fait tilt dans ma tête…pourquoi ne pas vivre de cette activité de paris sportifs ? Bien entendu, je n’allais pas me lancer comme ça. je me suis fixé une nouvelle échéance : fin 2004. Si jusqu’à cette période j’obtenais des résultats satisfaisants et réguliers pronostiquement parlant, je consacrerai  une grande partie de mon temps à cela !

Le challenge était osé, mais il fut relevé. Durant près de 18 mois, j’ai donc (beaucoup) économisé afin de me garantir quelques réserves en cas de mauvais départ dans mon futur costume de parieur. Et les résultats furent à la hauteur de mes espérances ! En effet, durant cette période de test, j’ai terminé 18 mois positifs, pour seulement 2 mois négatifs. J’étais donc prêt à me lancer dans cette aventure à taille réelle. C’est donc en décembre 2004 que j’ai donné ma démission à mon patron, pour enfin être autonome et vivre en partie de ma passion (j’ai tout de même gardé quelques activités parallèlement)

Ma vie de parieur aujourd’hui et les objectifs de ce site

Depuis cette période, mon quotidien se résume à lire la presse sportive tous les matins, à être en permanence à l’affût de toute actualité footballistique sur les sites internet spécialisés, à regarder tous les matchs possibles (parfois même en simultané sur 3 écrans différents), à passer des coups de fil à des amis journalistes…Bref, je respire foot, je mange foot, je dors foot, JE VIS FOOT ! Et je fois dire que les résultats sont plutôt au rendez-vous.

Aujourd’hui, j’ai décidé de mettre à profit mon expérience pour plusieurs raisons, mais principalement une. J’ai fait de nombreuses erreurs dans ma « vie » de parieur. C’est sans modestie que j’affirme que j’ai pu beaucoup apprendre de ces erreurs. Je ne veux pas me positionner en donneur de leçons évidemment, je n’en ai pas la prétention mais, de par mon vécu, je pense avoir une certaine légitimité à prodiguer certains conseils sur cette activité qui peut être dangereuse si l’on si prend mal. Je souhaite donc dans un premier temps vous montrer la philosophie à adopter dans ce monde du pari sportif (je ne dis pas que c’est la seule et unique, ni la meilleure, mais elle a marché avec moi) et puis, vous dévoiler mes pronostics chaque semaine, à vous de les suivre ou pas ;) .

A nous les billets…

Partagez ce bon coup !
  • Print
  • email
  • Google Bookmarks
  • Facebook
  • Twitter
  • Live
  • Netvibes